Jeudi 17 Janvier 2019
20:24:47

Abonnement

Ne ratez rien de l'actu !

Restez branchés à Carmaux Actu 24h/24, en reçevant les dernières infos directement et gratuitement par mail…

A ne pas manquer !

Suivez-nous !

Prévisions météo à Carmaux

Les coups de cœur de la rédac'

À VOIR

 

 À LIRE

 

 À DÉCOUVRIR

 

Municipales - Pourquoi le FN prospère sur les terres de Jaurès ? Emmanuel Samaniego, étudiant à Science-po Grenoble, nous propose son analyse.

 

Il est une ville dans le Tarn où la conscience de gauche s'est déployée avec la plus grande force dans le sillon de Calvignac et de Jaurès : Carmaux. L'ancienne cité minière a été forgée par des vagues successives d'immigration : Polonais, Slaves, Italiens, Espagnols et Maghrébins sont allés au charbon, au sens propre.
Les 23 et 30 mars derniers, dans cette même ville, un électeur sur cinq a accordé son suffrage à la liste frontiste conduite par M. Legris. Sans projet crédible, sans véritable ancrage local, ce dernier est parvenu à mobiliser près de 1000 voix sous son nom au second tour. En 2012 déjà, la candidate du Front national aux élections législatives sur la circonscription de Jaurès s'était hissée au second tour, en réunissant 33% des suffrages exprimés dès le premier tour. Incriminer les électeurs du Front national ne suffit pas, pas plus que pousser des cris d'orfraie ! En revanche, chercher à comprendre la percée de l'extrême-droite chez nous s'impose à tous ceux qui veulent combattre le mouvement de Marine Le Pen. Car le cas de Carmaux n'est pas unique. A Hénin-Beaumont, ancien bassin minier en proie au chômage et à l'exclusion sociale, la digue n'a pas résisté à la vague bleu marine. Prenons garde à ce que Carmaux ne se change pas en un nouvel Hénin-Beaumont.

Pauvreté et exclusion sociale

Carmaux a amorcé son déclin depuis plusieurs années. La ville, plongée dans son passé industriel, peine à tourner une page de son histoire pour en réécrire une nouvelle. Avec 840 demandeurs d'emploi, contre 780 l'année passée, la montée de la souffrance sociale à Carmaux n'est pas une vue de l'esprit. Depuis plus de 20 ans, les Carmausins ont vécu une « crise internationale » doublée d'une crise industrielle dans le bassin d'emploi. Nous avons été en première ligne face au durcissement économique.

Désamour de l'électorat populaire pour le Parti socialiste

L'électorat populaire se désolidarise du Parti socialiste. Le mal est ancien : en 2002, seuls 13% des ouvriers et 12% des employés ont voté pour le candidat socialiste Lionel Jospin à l’élection présidentielle. Le FN prospère là où la gauche ne parvient plus à incarner une alternative crédible.
Il essaime parce que l'électorat populaire est désabusé. Marine Le Pen recueille, dans les intentions de vote, 45% du vote ouvrier. Le parti majoritaire n'incarne plus une alternative, et cette condamnation apparaît sous le qualificatif d' "UMPS". A Carmaux, l'incapacité des décisionnaires locaux à anticiper et à préparer l'avenir a été sanctionnée.

Quelle alternative à gauche ?

Une gauche à l'identité assumée, ancrée véritablement à gauche, qui revendique les valeurs républicaines comme la laïcité, devrait repartir à la conquête de tous ceux qui se désolidarisent des politiques locales et nationales. A Grenoble, où je suis étudiant, Eric Piolle (EELV-PG), est arrivé en tête au premier et au second tour, en initiant un large rassemblement citoyen et un renouvellement des pratiques démocratiques ; le FN est à un taux relativement bas (10%) dans une ville où l'insécurité est souvent présentée comme une plaie. Signe que la gauche peut mobiliser un électorat populaire lorsqu'elle incarne une alternative.

Pas de fatalité

Enrayer le déclin ne tient pas du miracle. Carmaux dispose de nombreux atouts pour réussir, même dans un contexte déprimé du point de vue économique. La ville est riche d'un tissu associatif exceptionnel. Elle s'affirme à travers une identité où la solidarité et la convivialité ont une grande place. Mieux vivre à Carmaux, c'est également stimuler l'activité des commerces, qui sont devenus moins nombreux dans le centre ville ces derniers années. Les soutenir directement à l'échelon local est possible, à l'image de ce qu'a fait la région avec "la Carte Jeune", une façon originale de susciter la demande auprès des commerçants tout en aidant les jeunes. Carmaux a la chance de se situer à 90 km de Toulouse et à 20 km d'Albi : avec un parc immobilier important, et vacant, elle devrait être capable d'attirer de nouveaux venus dotés de revenus. L'arrivée du TGV à Toulouse à l'horizon 2020 va susciter une envolée des prix de l'immobilier dans la région. Carmaux pourrait en profiter, à condition d'être davantage attractive. Ce ne serait pas la première ville à réussir sa reconversion industrielle. Enfin, la nouvelle intercommunalité ouvre Carmaux sur la ruralité. Le monde rural doit être intégré à l'économie locale. Ce sont autant de chantiers que Carmaux doit ouvrir dans les années à venir, pour redonner de la confiance à une ville qui en a le plus grand besoin.

Share

Nos Partenaires

Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site